Un geste simple...

Texte rédigé par Martine Struck


Par une belle matinée de printemps 3 amis, 3 golfeurs que nous connaissons bien, Félix, Alain et Gérard s’apprêtaient à s’élancer du tee n°1 du golf de Saint Donat.

Dans l’attente du départ leurs regards furent soudain attirés par le comportement étrange d’un gros véhicule 4X4, bruyant, qu’ils virent rouler à relative vive allure.

L’engin venait du practice et se dirigeait bizarrement vers le fairway du 18 au lieu de virer vers la sortie.

En un 100ème de seconde nos amis comprirent que quelque chose n’allait pas.

« Pas de chauffeur ? » - « Si, mais affalé sur le volant ».

Ils se précipitèrent en courant derrière le véhicule qui continuait à tracer sa route, coupait le fairway du 18 entre le green et son bunker de gauche, et finit sa course en «aquaplaning » à 40 mètres de la rive du lac.

Par miracle aucun joueur, aucun badaud sur le chemin du véhicule pendant tout son périple.

Arrivé sur place Félix enleva chaussures, chaussettes et pantalon en 3 secondes pour plonger dans l’eau glacée et nager jusqu’au véhicule qui flottait encore.

Il comprit vite qu’à l’intérieur du véhicule, le passager, inconscient de la situation, n’était pas en mesure d’intervenir pour coopérer à son sauvetage. Il fallait pourtant réussir à le sortir de là et surtout le détacher de la ceinture qui le maintenait prisonnier de son siège.


Félix tenta d’ouvrir la porte par tous les moyens. De son poing il frappa la vitre autant qu’il pût afin de la briser avant que le véhicule ne s’enfonce dans l’eau. Il frappa tant et avec une telle énergie qu’il finit par s’abîmer la main.

Pendant ce temps la foule des joueurs présents s’était attroupée sur les rives du lac.

Félix avisa l’un d’eux pour qu’il lui envoie un club de golf.

Le lancer échoua dans l’eau à 2 mètres.

A la 2ème tentative de lancer Félix plongea dans l’eau trouble et essaya en vain de récupérer le club dans la vase.

C’est à ce moment là qu’Alain, inquiet de ne pas voir son ami remonter à la surface, plongea à son tour dans l’eau glacée pour venir en aide à Félix.

Le 3ème essai fut le bon et Félix s’apprêtait à casser la vitre arrière avec un putter lorsque le 4X4 bascula et commença à piquer du nez dans le lac.

Au loin, le bruit de la sirène des pompiers annonçait leur arrivée imminente.


Soudain Félix ne se sentit pas bien, ses forces l’abandonnaient. Il ne se croyait même plus capable de nager et de rejoindre la rive à 40 mètres.

Il ne le savait pas encore, mais après tant d’efforts vains dans l’eau glacée, assailli par l’émotion et l’angoisse de se débattre dans une tragédie où une vie était en jeu, son corps finissait par le lâcher, Félix décompressait.

Heureusement la présence d’Alain à ses côtés le rassura et les deux compères se donnèrent le courage de nager ensemble pour retourner à terre.


Ils y furent accueillis par Audrey, cadre de St Donat, qui leur avait apporté des serviettes. Elle invita nos amis à rejoindre le Pro Shop pour s’y réchauffer et se faire ausculter par les pompiers qui les déclarèrent aptes à repartir après un moment de réconfort bienvenu.

Entre temps les pompiers arrivés sur les lieux avec leur matériel professionnel avaient sorti le malheureux passager de sa voiture. Ils réussirent à le réanimer avant de le transporter à l’hôpital pour des soins. Malgré cela les journaux nous apprirent son décès le lendemain.


Ce récit suscite une question: qu’aurions-nous fait à la place de Félix ?

Aurions-nous plongé ? Serions-nous restés sur le rivage ?

Nos deux jeunes séniors - 64 et 74 ans - ont répondu en écoutant simplement leur cœur.

Merci à Alain pour l’aide apportée à Félix, merci à Félix pour son courage même s’il souhaite qualifier son acte de geste simple et solidaire.



32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Chers amis vous trouverez ci-joint le calendrier de toutes les compétitions de ligue organisées dans notre région. N'hésitez pas à vous inscrire, c'est toujours motivant. Plus localement, pensez pour